1541 - Aveu par le seigneur de Kerfors en la paroisse d'Ergue Guabiryc

De GrandTerrier

LiasseSmall.jpg

Déclaration du domaine de Kerfors par le seigneur dudit lieu.

ActeSource2.png

Autres lectures : « 1448-1496 - Actes du fonds de La Marche pour les seigneurs de Kerfors » ¤ « Les Kerfors, dudit lieu, nobles du 15e au 17e siècle » ¤ 

Présentation

Ce document est mentionné et inscrit comme exemple d'un aveu [1] de succession page 11 du mémoire en breton de Bernez Rouz sur la toponymie gabéricoise. Il provient des Archives du Finistère, vraisemblablement sous la cote A 85.

On reconnait les noms de lieux suivants : Ergue Guabiryc, Kerfors, Parc Keralias, Parc an Can, Pont Bigodou, Penanguenech, Kempercorentin, Quenech Congar, Stangbyhan, Kermorvan, Coray ...

Transcription

Y premier

En la paroisse d'Ergue Guabiryc
L congnoit (...) seigneur de Kerfors tenir (...) fief (...) de Cornouaille (...) de chefrente [2] (...) Parc Keralias (...) Parc an Can (...) Parc Keralias (...) Pont Bigodou (...) Penanguenech (...) la ville de Kempercorentin (...) sieur de Kerfors (...) QuenechCongar (...) Stangbyhan (...) Parc an Can (...) Kermorvan (...) Kempercorentin à Coray (...) paroisse d'Ergue guaberic.

 

Copie d'acte

T 1541.jpg

Annotations

  1. Aveu, s.m. : déclaration écrite fournie par le vassal à son suzerain lorsqu’il entre en possession d’un fief, à l'occasion d'un achat, d'une succession ou rachat. L’aveu est accompagné d’un dénombrement ou minu décrivant en détail les biens composant le fief. La description fourni dans l'aveu indique le détail des terres ou tenues possédées par le vassal : le village dans lequel se situe la tenue, le nom du fermier exploitant le domaine congéable, le montant de la rente annuelle (cens, chefrente, francfief) due par le fermier composée généralement de mesures de grains, d'un certain nombre de bêtes (chapons, moutons) et d'une somme d'argent, les autres devoirs attachées à la tenue : corvées, obligation de cuire au four seigneurial et de moudre son grain au moulin seigneurial, la superficie des terres froides et chaudes de la tenue. Source : histoiresdeserieb.free.fr. [Terme] [Lexique]
  2. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique]




Tamponsmall2.jpg
Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens Création : mars 2008    Màj : 19.07.2023